Exemple d’architecture durable !!!!

 
            
 
 
 
Architecture durable : Fabrizio Caròla

Troisième portrait de notre série d’architectes nommés au prix de l’architecture durable : l’italien Fabrizio Caròla. Ingénieux et créatif, il réalise la plupart de ses chantiers en Afrique, un continent qui le passionne depuis une trentaine d’années. S’appuyant sur des techniques de construction nubiennes, son architecture repose sur la réalisation de coupoles, voûtes et dômes. Découvrez son travail.

Des arcs, des voûtes, des coupoles… L’architecture de Fabrizio Caròla est identifiable par son caractère et sa douceur. Elle se définit par l’utilisation d’un ancien procédé égyptien du 20ème siècle basé sur des techniques anciennes de constructions nubiennes mettant en scène des dômes.

Cet italien, né à Naples en 1931, a été marqué par sa rencontre avec l’Afrique noire en 1972 alors qu’il travaille sur un projet au Mali. Touché et intéressé par cette culture, il n’aura alors qu’un but en tête utiliser le régionalisme pour en relever les valeurs. «Je pars des données du lieu pour faire mes réalisations. Et même si le pays est pauvre, il a une architecture intéressante que j’essaie de respecter», explique Fabrizio Caròla. Dès lors, il s’applique à développer des solutions durables pour les populations défavorisées. C’est dans le choix des matériaux qu’il définit entre autres sa démarche : «j’ai éliminé le ciment car il coûte cher et transmet la chaleur. J’ai abandonné le bois à cause de la désertification. J’ai donc choisi de travailler avec la pierre et la terre qu’on trouve sur place et de construire des arcs et des voûtes». Et si la matière est importante, son architecture repose également sur l’échange culturel et économique avec les artisans du pays où il intervient. Il tient ainsi à soutenir les sociétés qui pour lui «perdent leur culture pour embrasser la culture européenne».

Un créatif qui ne manque pas d’astuces
Toujours attentif à la population, Fabrizio Caròla essaie de faire des programmes pour améliorer le cadre de vie des structures et des personnes qui les occupent. Pour exemple, en 1984, il participe à l’agrandissement d’un hôpital en Mauritanie. Dans son projet, il prend en compte les bienfaits de la présence familiale aux côtés des patients. «J’ai fait éclater le plan pour que les parents puissent s’installer autour des chambres des malades et que les médecins continuent d’exercer en toute sérénité», indique l’architecte. A l’aide d’un compas qu’il a astucieusement bricolé, il a monté plusieurs coupoles en briques reliées les unes aux autres afin de permettre à la famille et aux patients d’être proches pendant la durée de l’hospitalisation.
Autre point important des chantiers de Fabrizio Caròla : faire vivre l’économie locale : «en Afrique, la main d’œuvre est abondante et bon marché alors que les machines coûtent chères. J’ai donc décidé de privilégier la main d’œuvre dans mes projets».

Récompensé en 1995 par le prix Aga Khan, qui met à l’honneur l’architecture dans les sociétés musulmanes, Fabrizio Caròla est aujourd’hui régulièrement appelé à dispenser ses connaissances à travers l’Europe en matière de technologies de construction de maçonnerie à surfaces courbes.

 
    
 
 
( Batiactu  Céline Galoffre  07/04/2008 )
 
 
 
 
 
Cet article a été publié dans Architecture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s