Petite virée printanière en Espagne !!!

 
 
Randonnée à Alcalá de Xivert
 
 
       
 

Avec une population d’environ de 6.400, Alcalá de Xivert est le centre historique et administratif du secteur. Les Templiers lui ont accordé en 1250 la “Carta Pobla” (reconnaissance légale de son existence). Il convient de souligner la tour clocher de 68 mètres de hauteur de l’église Paroissiale de Saint Jean Baptiste, située dans le centre du village. La tour clocher est première chose que vous verrez en arrivant du nord en croisant les principales routes côtières (la N 340 ou la AP 7). Cela a pris environ 19 ans pour la construire et elle fut finalement terminée en 1803

      

Veillant sur le village du haut des collines de la Sierra de Irta, se trouve le Château d’Alcala de Chivert datant du 10ème siècle. Occupé par les chevaliers Templiers, c’est l’une des nombreuses fortifications de la région qui reflète sa fascinante histoire.

 

       

 

La flore, la faune et la topographie de cette zone sont très variées. La nature y est toujours intacte. C’est une région à découvrir.

        

 

 

Visite nocturne de PENISCOLA

 

Sur la Côte de Azahar, ce trésor touristique de la province de Castellón s’étend dans le bleu turquoise de la Méditerranée sur un rocher seulement amarré au littoral par une étroite langue de sable.

Fière et majestueuse, Peñíscola se dresse presque 64 mètres au-dessus de la mer avec toute la solennité qui justifie la décision du charismatique pape Benoit Luna de l’avoir choisie pour rendre son exil volontaire «plus agréable». 

Phéniciens, grecs, carthaginois, romains, byzantins et maures ont apprécié son avantageuse situation stratégique et sa sécurité comme forteresse. Les maures arrivés en 718 ajoutèrent au territoire dénommé Penyíscola les alquerias de Beni Ar-rus (Vinaròs), Beni Gazló (Benicarló), Irta et Peñíscola elle-même ainsi que les châteaux de Cervera et Polpís. La ville fut place forte durant l’époque wisigothe et le roi Jaume I el Conqueridor (le Conquérant) fit honneur à son surnom en la conquérant en 1233. En 1250 lui est octroyée la Carta Puebla sous la juridiction de Valencia. Vers l’an 1319 elle passe au pouvoir du puissant ordre de Montesa qui la donna en usufruit au cardinal aragonais Pedro Martínez de Luna, qui passera à l’histoire comme Benoit XIII, le Pape Luna.


Le Pape de la Mer

Entre le XIVème et le XVème siècle, le schisme de l’Occident marquera l’histoire de l’Eglise avec la présence simultanée de deux papes. Un d’eux fut le Pape Luna. Il remplaça Clément VII comme pape d’Avignon alors qu’en même temps un autre pape s’installait à Rome sous l’influence des anglais, des allemands et des italiens. Destitué, il choisit un exil volontaire à Peníscola en 1411, transformant ainsi le château en palais et bibliothèque pontificale.

Bien qu’il soit considéré comme un hérétique et qu’il ait survécu à plusieurs tentatives d’empoisonnement, Benoît XIII mourut en relative paix le 23 mai 1423 avec la conviction d’être le vrai pape.

La vieille ville, Ensemble Historique-Artistique (1972)
La forteresse de Peñíscola inclut le château et ses remparts, construits en différentes époques en s’adaptant au relief accidenté du rocher et forgeant ainsi la légende de la forteresse inexpugnable. Dans les remparts on distingue trois zones de structures architectoniques et militaires différentes. On y trouve des fortifications médiévales, de la Renaissance et même du XVIIIème siècle. Il faut mentionner par exemple les remparts que Felipe II fit construire entre 1576 et 1578, oeuvre du plus important architecte-ingénieur de l’époque, l’italien Juan Bautista Antonelli. Le Portal Fosc (1578) appellé aussi Portal de Felipe II est une des trois entrées de la vieille ville et est attribué à l’architecte Juan de Herrera.

Le Portal de Sant Pere (1414) ou Portal de Papa Luna fut l’accès de la mer au château quand l’eau arrivait jusqu’au pied des remparts. La troisième porte, celle de Santa María fut construite en 1754 sur l’ordre de Fernando VI qui autorisa le percement de la fortification pour faciliter l’entrée en chariot des récoltes qui jusque-là entraient dans la ville par le raidillon de Portal Fosc.
   
Une ville sur la mer
La Playa Norte est la plage de Peñíscola par excellence, avec une longueur de cinq kilomètres et 44 mètres de largeur, dont 3 kilomètres de sable, sur le côté le plus éloigné de la ville de cailloux. Il s’agit d’une plage aux eaux tranquilles et d’excellentes installations. Sur l’esplanade on trouve des cafés et des restaurants, des kiosques et des magasins spécialisés en articles pour le bain et le soleil. Le littoral sud est accidenté et rocheux. On y trouve beaucoup de plages minuscules et de falaises escarpées qui forment de jolies petites baies idéales pour pratiquer la plongée ou la pêche à la ligne

   
La dernière sierra vierge
Sur la côte sud se trouve la sierra de Irta, un alignement montagneux d’une hauteur de 573 mètres au maximum et 15 kilomètres de façade de littoral. On peut aller à Irta par les anciens chemins récemment réhabilités dotés d’un système de signalisation spécifique. Dans le parc naturel de la sierra de Irta on peut visiter l’ermitage de Sant Antoni (XVIème siècle)

 

Cet article a été publié dans Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s