Du courant qui va faire des vagues !!!!

 
De l’électricité produite par les vagues au Croisic 

    

       


Après la ferme hydrolienne implantée autour de Paimpol, c’est un projet d’houlomotricité – d’énergie générée par la houle – qui va être installé au large du Croisic. Un premier essai en France concernant ce type de plateforme et portant le nom de SEM-REV.

Il s’agit de la première plateforme de ce type en France visant à tester les systèmes de production d’énergie électrique à partir des vagues. Et son implantation au large du Croisic (Loire-Atlantique) est normalement prévue en juillet 2010. Relevant de l’houlomotricité, ce système se fonde sur la récupération de l’énergie engendrée par la houle.

 
 
La plateforme porte le nom de SEM-REV, c’est-à-dire « système d’expérimentation en mer pour la récupération de l’énergie des vagues». Chercheur à l’école centrale de Nantes, Alain Clément a précisé que cette dernière pourra accueillir cinq à six systèmes expérimentaux. Elle sera également dotée d’instruments de mesure et d’un câble électrique afin de relier les systèmes au réseau principal. Son coût est estimé autour de 5,5 millions d’euros.

avec AFP

25/09/2008
25/09/2008 25/09/2009 2 batiactu Autour du BTP 1 2

 
 
 
 
 
 
Le Croisic. De l’énergie par les vagues

La première plateforme française d’essais en mer pour les systèmes de production d’énergie électrique à partir des vagues sera installée au large du Croisic (44) dès juillet 2010.

La houlomotricité, pour laquelle des dizaines de projets fleurissent en Europe, consiste à récupérer l’énergie produite par la houle. Ce principe est à distinguer de celui des hydroliennes, des éoliennes sous-marines conçues pour utiliser l’énergie des courants.

La plateforme, appelée SEM-REV pour Système d’expérimentation en mer pour la récupération de l’énergie des vagues, pourra accueillir cinq à six systèmes expérimentaux, a précisé Alain Clément, chercheur à l’école centrale de Nantes.

Large bouée

M. Clément a développé au sein de son laboratoire l’un des systèmes qui sera testé dans la nouvelle plateforme, baptisé "Searev".

Un prototype tel que le Searev, une large bouée de la longueur d’un chalutier (25 mètres de long sur 15 mètres de large), devrait produire entre 500 et 1.000 kilowatts, selon Alain Clément. Un kilomètre carré de mer équipé de telles machines devrait permettre d’alimenter en électricité "7.000 à 8.000 foyers, hors chauffage", a-t-il précisé.

Ferme expérimentale

Installé sur le plateau du Four, à une quinzaine de kilomètres de la côte, le SEM-REV va être équipé d’ici 2010 d’instruments de mesures ainsi que d’un câble électrique permettant de relier les systèmes expérimentaux au réseau électrique.

Sur la côte sera construit un bâtiment pour contrôler et interpréter les données de la "ferme expérimentale" que constituera le SEM-REV.

Le SEM-REV, d’un coût de 5,5 millions d’euros, est inscrit au contrat de projet Etat-Région 2007-2013. Les partenaires du projet sont notamment le CNRS, des collectivités locales et l’Etat.

avec le : LE TELEGRAMME.COM 

 
 
 
 

Portugal : les vagues vont produire de l’électricité

L’électricien Energias de Portugal (EDP) a annoncé, mardi, la création d’un consortium, avec le groupe d’investissement australien Babcock & Brown et l’entreprise portugaise Efacec, pour produire de l’électricité à partir de l’énergie des vagues au nord du Portugal.

EDP détient 45% du consortium Ondas de Portugal (Vagues du Portugal), tandis qu’Enersis, une entreprise portugaise détenue par Babcock & Brown, détient 35% et Efacec, le plus important groupe électromécanique portugais, les 20% restants, précise un communiqué de l’électricien
portugais. Cet accord a été signé à Povoa do Varzim (littoral nord) lors d’une cérémonie signalant l’entrée en phase pré-commerciale du projet
Pelamis, qui a requis un investissement initial de 9 millions d’euros. Dans une première phase, l’électricité sera produite par 3 Pelamis, serpent de mer cylindrique articulé de technologie écossaise développant
2,25 mégawatts. Le lancement avait été repoussé à plusieurs reprises depuis 2006. Ondas de Portugal compte installer ensuite 25 Pelamis
supplémentaires, afin de porter la capacité du parc marin à 21 MW.

enerpresse

26 09 2008

 

 

 

 

(26/09/2008)

 
 
 
Cet article a été publié dans Ernergie nouvelles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s