Directement du producteur au consommateur !!!!!!!!

 
 

« Wind-it L »

consiste à greffer des éoliennes à axe vertical sur un pylône électrique.

 La puissance installée devrait être comprise ente 20kW et 100kW.

 

Wind-it : transformer poteaux et pylônes électriques en éoliennes

 

Mené conjointement par Elioth, filiale du groupe Iosis spécialisée dans la recherche et développement, et l’agence d’architecture « Encore heureux », le projet « Wind-it » envisage d’utiliser les structures du réseau de transport d’électricité comme des supports à éoliennes. Il vient de recevoir, Outre-Atlantique, le premier prix du concours « Metropolis Next generation Design Competition ».

 

 

 


 

16 millions de poteaux électriques et 250 000 pylônes haute tension sont implantés sur le territoire hexagonal. Alors, l’idée d’intégrer des éoliennes à ces supports pour câbles aériens est évidemment porteuse d’un potentiel énergétique énorme. D’après ses concepteurs, si un tiers des pylônes étaient équipés de leur « greffe d’éolienne », la puissance installée serait équivalente à celle de deux tranches nucléaires.
Surtout, à l’heure où les polémiques autour de l’implantation paysagère de champs d’éoliennes terrestres agitent la société française, ce concept offre une autre alternative que le développement de l’éolien offshore.

 

 

L’autre avantage de ces éoliennes est de pouvoir disposer d’éoliennes sur l’ensemble du territoire. Ainsi, il ne faut pas que le vent souffle sur un territoire délimité pour qu’une production d’énergie soit générée. Cette dissémination des turbines permet d’obtenir une production nominale conséquente. De plus, éoliennes à axe vertical de type Darrius, elles fonctionnent quelle que soit l’orientation du vent.

A l’heure actuelle, Wind-it n’est qu’une idée. Bien que, par précaution, un brevet ait été déposé, il n’existe pas encore de prototype. Julien Choppin de l’agence « Encore heureux » espère bien que l’obtention de ce prix va permettre de « passer aux choses concrètes ». Pour cela, « il faut s’associer avec un industriel et trouver un territoire d’application ». Et pour l’instant, il semble que les contacts soient plus aboutis du côté de la Turquie et des Etats-Unis que sur le territoire français. Affaire à suivre.

| Source LE MONITEUR.FR

 
Cet article, publié dans Ernergie nouvelles, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s