Afrique : la voute nubienne fait son retour.

Afrique : la voute nubienne fait son retour
 
 
 
 

Hassan Fathy, architecte égyptien, connu mondialement pour sa démarche qualifiée d’ "antimoderne", avait entrepris, en 1946, de construire un village entièrement en terre crue, grâce à une technique de maçonnerie apparue il y a certainement plusieurs millénaires au sein des royaumes nubiens. Connu aujourd’hui sous le nom de voute nubienne, ce système constructif ne nécessite qu’eau et terre crue, évitant donc de dépendre de matériaux de construction importés.
Aujourd’hui, c’est plus au sud, dans l’Afrique sub-saharienne qu’on peut voir des voutes nubiennes refaire leur apparition dans le paysage. Derrière ces constructions se cache une association, baptisée du nom de la technique architecturale qu’elle défend. L’association "La Voute Nubienne", qui, à travers un programme baptisé "Pour des Toits de Terre au Sahel, espère permettre l’appropriation pérenne du concept architectural par les populations sahéliennes.
Pour Thomas Granier, maçon fondateur de l’association qui travaille aujourd’hui principalement en Afrique de l’Ouest, le principal intérêt de la voute nubienne est économique. "En permettant l’auto construction, cette technique a la capacité de faire basculer la construction dans le secteur informel.", plus adapté aux réalités sociales et économiques de l’Afrique. L’association constate que 70% de la main d’œuvre travaillant sur la construction de voutes nubiennes n’est pas spécialisée.

 

 

Vers une croissance exponentielle des voutes nubiennes au Sahel

D’ici fin 2009, l’Afrique sahélienne devrait compter 900 voutes nubiennes disséminées sur son territoire ; et plusieurs milliers de personnes, utilisatrices ou productrices, devraient être concernées par la technique de la voute nubienne. Mais Thomas Granier a des ambitions bien plus grandes.
Pour arriver à populariser cette architecture, l’association a une stratégie. Amorcer le marché de la voûte nubienne en générant et dynamisant l’offre et la demande jusqu’à ce que 5% de la population sahélienne soit concernée par ce mode constructif. Une fois ce seuil atteint, l’association considère que la technique aura un ancrage suffisant pour lui permettre de s’auto-propager. "L’association veut simplement créer les conditions de transmission de l’information sur la voute nubienne, de manière assez conséquente pour que le développement de la technique se fasse de manière exponentielle. " précise Thomas Granier.

Malheureusement, la capacité de formation de l’association est réduite. "Les demandes d’ouverture de chantier sont toujours supérieures à l’offre que proposent les maçons formés." déplore le fondateur de l’association.
L’autre frein au développement rapide de la construction en voute nubienne est l’accès à l’eau. La construction d’une voute de 20 m² nécessite 24 m³ d’eau, ce qui oblige les chantiers à se dérouler majoritairement durant les mois les plus pluvieux , soit seulement 3-4 mois par an.
Mais avec un territoire de 150 millions de personnes vivant sur une terre argileuse, il serait absurde que la voute nubienne ne devienne pas la norme au Sahel.

 

E.L | Source LE MONITEUR.FR

 
 
          
 
 
 
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Afrique : la voute nubienne fait son retour.

  1. pascal dit :

    Je ne connaissais pas. Ce type d\’architecture a t-il des avantages par rapport au climat (pluie et chaleur)?

  2. Pierrick dit :

    Oui c\’est une technique surtout utilisée dans les pays aux climats chauds et secs, l\’avantage est de ne pas utiliser de bois(- de déforestation ), le toit est en brique de terre appareillées, difficilement utilisable dans les pays équatoriaux, trop d\’humidité!!!!Avantages par rapport au passage de la chaleur, inconparable par rapport à la tôle ondulée !!!!!!(- de recours aux produits importés !!!) et autoconstruction possible sans difficulté.

    • Makpoka-Hilaire dit :

      peut-on envisager ce type de construction dans les autres pays de l’afrique (Congo, Rwanda, Burundi) ? et savez-vous me dire le coût de construction en voûte nubienne?
      Merci

      • lbmrk dit :

        Cette technique est surtout utilisée dans les pays du nord de l’Afrique, moins humide, car la voûte et également le toit et la technique est maîtrisée et transmise de génération en génération par les populations des pays concernés. Je vous conseille de vous rendre sur ce lien qui vous donnera également beaucoup d’informations :
        http://www.lavoutenubienne.org/
        Bonne découverte !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s