A Nantes, des maisons serres sur pilotis

A Nantes, des maisons serres sur pilotis

Stéphane Chalmeau ©

On le sait, le logement social expérimente de plus en plus de nouvelles façons de vivre en proposant de nouvelles constructions toutes plus imaginatives les unes que les autres. A Nantes, un programme de 21 logements en location et 18 en accession, sur pilotis avec des façades aux allures de serres vient de faire son apparition. Découverte.

http://www.maisonapart.com/edito/autour-de-l-habitat/architecture-patrimoine/a-nantes-des-maisons-serres-sur-pilotis-6864.php

En lieu et place de la barre existante, 11 maisonnées de 5 niveaux (en accession au nord-est, en locatif au sud-ouest) ont été créées par les architectes de Tetrarc.

Si la mutation de l’île de Nantes n’est plus à prouver, les autres territoires de la ville ne sont pas en reste. Ainsi, le quartier « Les Dervallières », situé au nord-ouest de la cité, a fait l’objet d’une restructuration massive de son habitat. Dans le cadre d’un programme de l’Anru, un projet de maisonnées originales se hisse désormais dans le paysage nantais.
Et l’on peut dire que ces réalisations se distinguent par leur audace  et leur originalité. Ici, « Serres et laitues pour tous !« , s’amusent les architectes de Tetrarc, en charge du projet. Car ce qui frappe au premier abord les observateurs, ce sont les immenses façades de verre qui s’enchaînent les unes après les autres sans relâche mais avec légèreté. Qu’apportent-elles au projet ? Une surface supplémentaire, un volume à vivre mais aussi une intimité vis-à-vis des voisins. Et pour ceux qui ont la main verte, elles pourront même devenir un lieu privilégié pour les plantes et pourquoi pas pour un petit potager ! Une barre d’immeubles détruite 

Ces onze maisonnées se sont substituées à une barre démolie de manière à offrir « une imagerie néo-villageoise ou folklorique comme on a pu le voir jusque dans quelques villes nouvelles de la région parisienne dans les années 1980« , explique Tetrarc. Au total, ce sont pas moins de 39 logements qui prennent place dans un volume continu découpé en 10 maisons accolées dont 21 en location et 18 en accession à la propriété. Cette résidence est également surprenante puisqu’elle ne présente pas de parties communes. Autre originalité, ces bâtiments se dressent sur pilotis laissant ainsi de la place pour garer les voitures en rez-de-chaussée. Pour accéder aux logements, il suffit de passer directement depuis un palier du bloc ou par un accès individuel via une passerelle reliée à la coursive extérieure.

Des pilotis pour un esprit « cabane » Enfin, en partie visible, une enveloppe en bois masque une partie de la façade et sert aussi de passerelle pour relier des appartements. Ce montage s’apparente à « une drôle de machine extérieure, une sorte de gros insecte haut sur pattes« , précisent les architectes. Et d’ajouter : « Liaison entre espace public et privé, elle évoque d’irrésistibles souvenirs de cabane, de voyage dans les arbres et leurs frémissements de liberté« . Une manière aussi de désacraliser le logement et d’allier les notions de bien-être, confort et ludique.

Maison à part (16/05/2012)

 

Publicités
Cet article, publié dans Actualités, Architecture, découverte dune ville, Insolite, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s